Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Aller au plan simplifié  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > La Résistance à Châteaubriant > a - Récits > 71 - Livres - Poèmes 4

71 - Livres - Poèmes 4

Je trahirai ... demain

Je trahirai demain, pas aujourd’hui
Aujourd’hui, arrachez-moi les ongles
Je ne trahirai pas !
 
Vous ne savez pas le bout de mon courage, moi, je sais.
 
Vous êtes cinq mains dures avec des bagues.
Vous avez aux pieds des chaussures avec des clous.
,je trahirai demain. Pas aujourd’hui,
Demain.
 
Il me faut la nuit pour me résoudre.
Il ne me faut pas moins d’une nuit
Pour renier, pour abjurer, pour trahir.
Pour renier mes amis,
Pour abjurer le pain et le vin,
Pour trahir la vie,
pour mourir.
Je trahirai demain. Pas aujourd’hui-
 
La lime est sous le carreau,
La lime n’est pas pour le bourreau,
La lime n’est pas pour le barreau,
Le lime est pour mon poignet.
Aujourd’hui, je n’ai rien à dire.
Je trahirai demain
 
Marianne Cohn

Ravensbrück

A Ravensbrück en Allemagne
On torture on brûle les femmes
 
On leur a coupé les cheveux
Qui donnaient la lumière au monde
 
On les a couvertes de honte
Mais leur amour vaut ce qu’il veut
 
La nuit le gel tombent sur elles
La main qui porte son couteau
 
Elles voient des amis fidèles
Cachés dans les plis d’un drapeau
 
Elles voient. Le bourreau qui veille
A peur soudain de ces regards
 
Elles sont loin dans le soleil
Et ont espoir en notre espoir
 
René Guy Cadou (Poésie la vie entière)

Le chant des partisans

Ami entends-tu
Le vol noir des corbeaux
Sur nos plaines.
Ami entends-tu
Les cris sourds du pays
Qu’on enchaîne,
Ohé partisans
Ouvriers et paysans
C’est l’alarme !
Ce soir l’ennemi
Connaîtra le prix du sang
Et des larmes...
 
Montez de la mine,
Descendez des collines,
Camarades.
Sortez de la paille
Les fusils, la mitraille,
Les grenades.
Ohé ! les tueurs
A la balle et au couteau
Tuez vite !
Ohé ! saboteurs
Attention à ton fardeau...
Dynamite...
 
C’est nous qui brisons
Les barreaux des prisons
Pour nos frères.
La haine à nos trousses
Et la faim qui nous pousse,
La misère.
Il y a des pays
Où les gens au creux des lits
Font des rêves.
Ici, nous vois-tu
Nous on marche et nous on tue
Nous on crève...
 
Ici, chacun sait
Ce qu’il veut, ce qu’il fait
Quand il passe
Ami, si tu tombes,
Un ami sort de l’ombre
A ta place.
Demain du sang noir
Séchera au grand soleil
Sur les routes.
Chantez compagnons,
Dans la nuit, la liberté
Nous écoute...
 
Ami, entends-tu
Les cris sourds du pays qu’on
Enchaîne !...
Ami, entends-tu
Le vol noir des corbeaux sur nos Plaines !...

(1)


Plan general du site Resistance

Texte du livre "Telles furent nos jeunes annees", telechargeable ici : http://www.journal-la-mee.fr/IMG/pdf/LivreMee.pdf

Plan du livre

Index du livre